Skip to content

La démocratie est-elle soluble dans le vote électronique ?

27 mai 2009

Je viens d’apprendre qu’à l’occasion des élections européennes du 7 juin, le vote électronique sera expérimenté. Le décret n°2009-525 du 11 mai 2009 donne aux français inscrits sur la liste électorale du consulat de leur pays de résidence la possibilité d’opter entre le vote «classique» avec isoloir, urne et bulletin, et un vote électronique, par internet. Le système est composé de deux flux informatiques, l’un validant l’identité de l’électeur, l’autre enregistrant son vote ; ces deux systèmes sont censés être distincts pour ne pas pouvoir relier un électeur avec son vote.

Outre le fait que ce changement radical dans l’expression de la souveraineté populaire ait été décidée par décret, donc sans aucun débat ni parlementaire ni dans l’opinion publique, le principe même du vote électronique me pose plusieurs problèmes de taille.

En premier lieu, la confidentialité qui doit prétendûment garantir le secret du vote, élément fondamental en démocratie. En effet, même si les flux de transmission sont cryptés (le terme employé dans le décret est «chiffré» mais c’est la même chose), il restera toujours un doute tant les processus informatiques complexes ne sont pas toujours compris par la population. En plus, il faut signer un blanc-seing à une administration d’État que, de nos jours, beaucoup soupçonnent de ne pas être, justement, au-dessus de tout soupçon… Par ailleurs, comment garantir que le système ne sera pas truqué, comme il a déjà été prouvé possible de le faire, pour modifier des votes déjà enregistrés ?

Ensuite, il y a le problème de la sincérité du vote. Comment être sûrs que la personne qui vote derrière son écran n’est pas influencée ou même menacée ? Je n’ai pas besoin de développer plus, vous avez déjà compris ce que je veux dire.

Enfin il manque dans ce système un élément essentiel à la réflexion du votant. En effet, les dernières hésitations sur le chemin du bureau, dans l’isoloir, permettent à l’électeur de voter vraiment en son âme et conscience…

Donc : NON au vote électronique !

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 27 mai 2009 17 h 30 min

    Je suis assez d’accord avec ton analyse, mais tu oublie aussi que la personne derrière son écran peut être influencée, et imaginons, que pour des « problèmes » de mobilité on installe ce système dans les maisons de retraites, des personnes très influençables et crédules vis à vis d’internet car ne savant pas, ou très peu, s’en servir et donnant une confiance aveugle à toute personne « l’aidant », en lui disant « vas y je te fais confiance » (j’espère avoir été clair) . La boîte de Pandore ouverte, toutes les dérives possibles et inimaginables sont à craindre…C’est pourquoi au nom de la démocratie je m’y oppose ! 5d’ailleurs on a vu les résultats avec Bush!)

    • 27 mai 2009 17 h 31 min

      Tout à fait d’accord ! Je n’ai pas développé la partie sur l’influence et/ou la menace mais c’est le genre de choses auxquelles je pensais en effet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :